ConAgra

conagra

- Revenus en 2010: 12 400 000 000$ US.

- ConAgra a plaidé coupable à des accusations de fraude (altération, catégorisation falsifiée de céréales et pesée falsifiée de céréales). La compagnie a accepté de payer 8,3 millions de dollars en pénalités, incluant 4,4 millions en amende criminelle. Les enquêteurs fédéraux ont révélé que ConAgra employait plusieurs stratégies afin de frauder les agriculteurs et les revendeurs de céréales afin de faire augmenter son propre inventaire et ses profits. Certains grains de soja étaient volontairement catégorisés comme étant de qualité inférieure. Cela permettait de payer une somme plus basse au cultivateur, mais de revendre par la suite le produit à un prix supérieur. Aussi, de l’eau était ajoutée aux grains lors des pesées pour en augmenter le poids et les revendre plus cher.

- ConAgra a été nommée parmi la liste des “Top 100 Corporate Criminals of the Decade“.

- Selon le New York Times, en 2001, les opérations de deux usines appartenant à ConAgra furent suspendues pour violation des conditions sanitaires. Au moins six fois, la compagnie a été menacée de fermeture d’usines pour cette raison. Un autre établissement de ConAgra avait le taux de salmonelle le plus élevé parmi tous les établissements visités par le Département de l’Agriculture américain qui élevaient des dindes. De plus, l’usine de Greeley, au Colorado, aurait violé au moins dix fois le code de sécurité du travail.

- ConAgra est mentionnée parmi les compagnies ayant dû réviser leurs résultats financiers envoyés au gouvernement américain en raison d’irrégularités comptables de l’ordre de milliards de dollars.

- En septembre 2005, le CEO de ConAgra, Bruce C. Rohde, s’est vu forcé de démissionner sous la pression des investisseurs. Pendant ses huit années à la tête de ConAgra, alors que la compagnie a connu un déclin de 28% en plus de renvoyer 9 000 travailleurs, Rohde a gagné 45 millions de dollars en plus d’une prime de départ de 20 millions.

- ConAgra a contribué, entre 2000 et 2003, à une fraude orchestrée par la compagnie U.S. Foodservice. Cette dernière a gonflé ses revenus de 800 millions de dollars en obtenant de faux contrats à rabais de la part d’autres compagnies, dont ConAgra.

- L’organisation PETA a mené une enquête dans l’une des usines de dindes de ConAgra (aux États-Unis, les dindes Butterball sont produites par ConAgra). Un vidéo fut enregistré par les enquêteurs et envoyé au Département de l’Agriculture américain, qui condamna ConAgra pour sa mauvaise gestion de l’usine.

- ConAgra est responsable de la démolition d’un site historique au Nébraska dans le but d’y bâtir ses locaux. Les critiques on accusé la compagnie d’imposer un faux dilemme à la ville et ses habitants, en les forçant de choisir entre des emplois et un site historique. Selon eux, ConAgra aurait très bien pu bâtir ses locaux à un autre endroit, à proximité.

- Le maïs soufflé de marque Orville Redenbacher utilise un produit chimique, l’acide perfluorooctanoïque, dans la fabrication des sacs allant au micro-ondes. Des recherches démontrent que ce produit chimique est cancérigène. Avant même la cuisson au micro-ondes, le beurre présent est déjà contaminé par l’acide perfluorooctanoïque. Celui-ci est absorbé dans le sang et y demeure pour une très longue période. L’acide perfluorooctanoïque est, à ce jour, encore utilisé dans la fabrication des sacs de maïs soufflé Orville Redenbacher.

- ConAgra a donné 71 000$ pour une campagne visant à empêcher l’étiquettage de produits contenant des OGM en Oregon.